Ma proposition pour sauver CMA. La chronique de Peter Bodenmann

Source: Le Nouvelliste – Chronique – 16 avril 2018  Illustration: Canal 9 – 2016
Ancien secrétaire général du PDC argovien et actuel municipal chargé de la sécurité d’une commune bernoise, Reto Nause a appris le ski à Crans-Montana. Le politicien séjournait sur le Haut-Plateau la semaine de Pâques et a donc été furieux lorsque les remontées mécaniques ont suspendu leurs activités.

Reto Nause a confirmé à la presse qu’il ne soutiendra plus Sion 2026, bien qu’une partie des compétitions de hockey devrait avoir lieu dans son canton de domicile. Il estime aussi que Berne devrait voter sur l’organisation de futurs Jeux olympiques d’hiver en Suisse.

Nause a-t-il raison? En Valais, personne n’a creusé cette question. Cela n’est pas grave. Car l’arrêt des installations de Crans-Montana amène davantage d’eau aux moulins des candidatures d’Erzurum, de Milan et de Turin.
Les remontées mécaniques de Crans-Montana appartiennent au milliardaire tchèque Radovan Vitek. Celles de Saas-Fee, majoritairement à Edmond Offermann, patron d’un fonds spéculatif américain. Les deux hommes ont acheté des actions, en s’imaginant qu’ils n’auraient rien à faire. C’est pourquoi ils vendraient plus volontiers ces actions aujourd’hui que demain. Seulement, personne ne veut les acheter. Bien que sur le Haut-Plateau et à Saas-Fee, l’argent indigène est disponible en quantité. L’abonnement de saison de Saas-Fee à 222 francs et le Magic-Pass, auquel participe Crans-Montana, vont dans la bonne direction. Ils ne résoudront toutefois pas les problèmes à long terme.

Comment les résoudre sachant qu’il y a davantage de lits à Crans-Montana que nulle part ailleurs dans les Alpes, soit 45’000 pour un domaine skiable qui ne peut absorber confortablement que 15’000 skieurs par jour?  Avec 20 millions de francs par année, on peut exploiter et renouveler les remontées mécaniques. Plutôt que de payer la taxe de séjour, chaque hôtelier ou propriétaire de maison de vacances devrait, pour tous les trois lits, acquérir un abonnement de saison transmissible à 1350 francs. Celui qui n’utiliserait pas son abonnement devrait l’offrir sur l’internet. La station connaîtrait un boom.

Car à Crans-Montana, personne n’a plus d’intérêt au fonctionnement des téléskis que les propriétaires immobiliers touristiques. Leurs objets immobiliers valent vingt fois plus que les remontées mécaniques. Sans ces dernières, les hôtels et appartements de vacances perdent un tiers de leur valeur. Pour cette raison, les propriétaires immobiliers doivent être forcés à leur bonheur.

D’ici à la prochaine grève de Vitek, qui a une meilleure proposition?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s