Un Conseil général à Crans-Montana? Absolutely!

La section du «Parti socialiste et Gauche citoyenne» du Haut-Plateau s’est prononcée le 8 mai sans réserve pour l’instauration d’un Conseil général à Crans-Montana. Cette prise de position résulte d’une réflexion sur le contexte politique de la commune et  sur le bilan de l’activité municipale pour la période administrative en cours.

En premier lieu, nos membres et sympathisant.e.s relèvent que les communes importantes du Valais romand se sont toutes dotées d’un Conseil général. Avec près de 10’500 habitants et plus de 5’500 citoyens habilités à voter, Crans-Montana ne devrait pas faire exception plus longtemps. Au 6ème rang des villes du canton quant à la taille de sa population, son statut est indéniablement pour notre région celui d’une grande commune. 

La complexité des dossiers traités mériterait aussi que les décisions importantes de l’exécutif local soient validées par un législatif communal doté de moyens d’investigations et de contrôle, dont l’Assemblée primaire ne dispose pas. Cette nécessité a été constatée à l’occasion de dossiers tels celui de la centrale de chauffe de la Moubra, du réseau de raccordement du chauffage à distance, des relations avec CMA, de la Maison de la santé, de l’agrandissement du home de Lens ou encore de l’avenir du Centre valaisan de pneumologie, pour n’en citer que quelques uns. 

L’obligation d’instaurer une commission de gestion du Conseil général, qui examine les budgets et comptes du Conseil municipal, l’utilisation conforme des crédits budgétaires et les demandes de crédits supplémentaires, serait de plus une garantie non négligeable de transparence et de fiabilité pour les citoyens. Cela s’impose pour notre commune, vu l’importance de son budget qui s’élève à 75 millions de francs de charges de fonctionnement en 2019 et qui prévoit des investissement à hauteur de 27 millions. 

Certes l’instauration d’un Conseil général nécessiterait de repositionner le rôle de l’Association des communes de Crans-Montana, qui engage souvent de façon significative l’avenir du Haut-Plateau. D’importants moyens lui sont conférés simplement par délégation de compétences. Des dossiers stratégiques comme Aqualoisirs ou celui de la mobilité trainent depuis des lustres et ne font guère l’unanimité des acteurs du terrain. A notre avis, l’ACCM devrait devenir un organe de coordination des communes du Haut-Plateau, où ne siègent qu’un nombre restreint de représentants des exécutifs respectifs, dûment mandatés et s’y référant régulièrement. Ce qui devrait d’ailleurs influer la question du nombre de commissions à l’échelon communal, de leur organisation et de leur composition au sein de l’exécutif.

Enfin nous préconisons un Conseil général ouvert au public: les citoyens, qui assistent habituellement aux Assemblées primaires, y gagneraient alors en richesse et en clarté d’information, ainsi qu’en connaissance détaillée des objets traités par leurs édiles. A l’heure où on pérore sur le nombre de conseillers municipaux, un tel législatif améliorerait dans sa composition la représentativité des milieux socio-économiques et celle de la diversité géographique de notre commune. 

La section du «Parti socialiste et Gauche citoyenne» examinera donc quelles orientations donner à son action dans ce sens, lors de son Assemblée générale du mois de juin.

Crans-Montana, le 21 mai 2019    

Marco Altherr

En charge du dossier «Conseil général»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s