Crans-Montana passée au crible de quelques constats

  • La fusion s’accompagne d’un sentiment d’incertitude : la cohésion entre le côteau, les villages et station doit être privilégiée et la satisfaction des besoins de chacun préservée
  • Devenir une commune de plus de 11’000 habitants sollicite de manière plus conséquente les femmes et hommes politiques: la répartition des responsabilités s’impose
  • Les loyers en station sont trop coûteux pour les petits commerçants, les familles et les salariés occupés dans des emplois saisonniers ou précaires: il faut prévenir l’exode vers la plaine et la fermeture de commerces
  • Lorsque le tourisme local peine, la collectivité est indirectement touchée: il s’agit d’orienter l’offre touristique vers de nouvelles clientèles, de soutenir la promotion des produits agricoles, laitiers et viticoles locaux, de stimuler la diversification de notre économie et d’encourager l’implantation de sociétés de services, de bureaux d’études et de travail à distance
  • Ycoor offre une plus-value incontestable, hélas entachée par les surcoûts, des curlings sans possibilité d’accueil de compétitions et un accès piétonnier minimaliste à la télécabine de Cry d’Err: le manque de vision politique en est la cause avec un professionnalisme insuffisant dans la conception et la coordination des travaux, tout comme dans le cas du complexe touristique d’Aminona