Volonté d’ouverture, d’équilibre et de transparence

La section du Parti socialiste de Crans-Montana: née avant la fusion!

Une nouvelle section, le Parti socialiste de Crans-Montana, a été officiellement constituée mardi 2 juin 2015 lors de son assemblée à Bluche.
Son activité se développera à Chermignon, Mollens, Montana et Randogne, que la fusion des quatre communes soit acceptée ou refusée le 14 juin prochain.
Un comité de trois membres a été désigné, composé de Pascal Rey (président), de Toni Bujak (vice-président) et de Philippe Frossard (secrétaire). A vocation opérationnelle, son action sera dans un premier temps renforcée par les réflexions et propositions de personnes-ressource, sollicitées en fonction des priorités politiques.

Agir dans un contexte défavorable

Les membres de l’assemblée s’inquiètent tout particulièrement de l’évolution démographique des quatre villages et de la station. La fermeture de classes, une tendance à quitter la station ou les villages pour s’établir en plaine, ainsi que le vieillissement de la population résidente devraient fortement interpeler les autorités. De plus, le recrutement de main d’oeuvre, qui pourrait découler d’une application stricte du vote du 9 février 2014, deviendra vite problématique par rapport aux besoins de l’économie locale et régionale.
Cela portera préjudice particulièrement à l’hôtellerie-restauration, la construction et l’artisanat. Ou encore, exemple non des moindres, la pénurie de main d’oeuvre menacera les quatre cliniques hospitalières, qui offrent aussi au Haut-Plateau beaucoup d’emplois et des retombées économiques appréciables. Continuer à miser essentiellement sur le tourisme s’avérera donc bien insuffisant, même s’il faut rapidement réformer ce secteur et le doter de nouveaux atouts.

S’engager pour une politique différente

A défaut de vision du côté de nos autorités sur le développement durable unissant nos villages et la station, il nous paraît primordial de maintenir attrayant le cadre de vie pour les actuels habitants à l’année et pour les touristes, mais surtout indispensable de le rendre attractif pour une population active qui pourrait avoir envie et intérêt à s’installer chez nous.
Dans cette optique, il s’agit avant tout de rechercher des solutions pour maintenir les logements à des prix ou des loyers accessibles aux habitants, de doter la station et les villages de correspondances en transports publics combinées utilement en réseau, de défendre des conditions de travail convenables et de faciliter l’implantation sur notre territoire de nouvelles PME qui offrent de l’emploi à l’année. De plus, il est évident que les prestations éducatives, sanitaires, culturelles et sociales doivent être adaptées aux besoins d’une population en mutation.

Améliorer la gouvernance par le pluralisme

En cas de fusion, le Parti socialiste de Crans-Montana privilégiera l’ouverture aux citoyens indépendants et aux partisans d’une entente de centre-gauche et de gauche, pour offrir un meilleur équilibre politique dans l’intérêt des habitants. La section socialiste pourrait ainsi présenter avec eux une liste électorale commune à l’automne 2016.
Sans fusion, la section socialiste interviendra localité par localité avec le même but: rééquilibrer des forces politiques, dont les composantes claniques plus marquées localement occultent d’autant plus l’intérêt général.
Dans les deux cas, tenter de stimuler le pluralisme doit favoriser la transparence et le bien commun, à défaut de quoi les partis traditionnels de droite communale continueront à imposer leur volonté sans contre-partie ni contrôle citoyen. Seules la prise en compte de la diversité des opinions, la concertation pour des convergences équilibrées et une dynamique autant que possible coopérative pourront offrir un avenir enviable à notre population et aux générations futures.